LE JARDIN Agrandir

LE JARDIN

« qui repose l’œil sans l’égarer »

PRUVOST JEAN


LE JARDIN « qui repose l’œil sans l’égarer ». « Paradisus », c’est la traduction qu’en offre R. Estienne en 1539 avant d’évoquer le « jardin à herbes » et « à violettes ». En 1571, De La Porte insiste : qu’il soit « récréatif », « potager », « médicinal » ou « rapporte-fruit », le jardin est « heureux », propice à « une joie extrême » devant un œillet bigarré, mais aussi « de grand secours aux pauvres », ajoute en 1685, Rochefort, précisant qu’Alexandre le Grand fit Roi de Sidon son jardinier. Citations et proverbes abondent : que signifie « faire comme le chien du jardinier » ? Que sont les « jardins » de la mer de glace ? Peut-on « jardiner les oiseaux sur des billots » ? Quel rapport étymologique existe-t-il entre « hortillon », « jardin » et « garder » ? Jardins de curé, d’ouvrier, de case, ou bien d’Adonis, de l’Académie, d’Épicure, des délices ou des supplices, ou encore français, anglais, japonais, et surtout potager ou d’agrément, ils sont selon la formule de Violette Leduc « à en pleurer d’amour ». « Un jardin à mes yeux est un vaste tableau », s’exclame judicieusement Delille. Et qui est le Dieu des Jardins ? Priape ? Voir l’index. Sans oublier les illustrations. Stimulantes.

Jean Pruvost, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, se passionne pour l’histoire des dictionnaires. Prix International de linguistique (Logos) en 2000, Prix de l’Académie française en 2007, chroniqueur de langue sur RCF et Directeur éditorial des éditions Honoré Champion, il aime à faire partager l’ivresse qu’il ressent au contact de sa collection de dictionnaires, plus de dix mille…




9,38 €

Fiche technique

Collection CHAMPION LES MOTS
Format 10,5X17,5
Nombre de volume 1
Nombre de pages 144
Type de reliure BROCHÉ
Date de publication 04/04/2013
Lieu d'édition PARIS
EAN13 9782745325815
eEAN13 -

Revue de presse

Table des matières et extraits