LES PATRIMOINES LITTÉRAIRES À L'ÉCOLE.

Tensions et débats actuels. Sous la direction de Marie-France Bishop et Anissa Belhadjin


À la suite des 13es Rencontres des chercheurs en didactique de la littérature (université de Cergy-Pontoise, mars 2012), cet ouvrage propose une réflexion sur le patrimoine littéraire constitué et transmis par l’école, en prenant en compte les valeurs qu’il véhicule et les supports utilisés. Face aux changements, à la perte supposée des repères et des valeurs, à la difficulté à ouvrir le champ à d’autres littératures, les discours officiels définissent le patrimoine littéraire comme «pilier », comme valeur à transmettre, comme élément de fondation d’une culture commune. Mais ne risque-t-on pas d’opposer les mouvements de la modernité à un enseignement du patrimoine littéraire qui serait gage de permanence et de stabilité?

La notion de patrimoine mérite d’être examinée en tant que construction culturelle et idéologique. Son sens, assez précis en ce qui concerne le patrimoine matériel, est plus difficile à déterminer lorsqu’il s’agit de patrimoine littéraire à l’école. Multiforme ou changeant, il apparait soumis à des fluctuations qui dépendent des niveaux scolaires, des filières et des époques. Le pluriel s’impose et ce sont bien des patrimoines qui permettent la constitution de sujets sociaux et scolaires, en transmettant des valeurs et des savoirs. Les questions, tensions et débats autour de ces patrimoines littéraires institués en objets scolaires sont donc au coeur de cet ouvrage.

Agrégée de lettres modernes, Marie-France Bishop est Professeure à l’université de Cergy-Pontoise et membre du laboratoire EMA (école, mutations, apprentissages). Ses travaux portent sur l’étude didactique et historique de l’enseignement de la littérature et de l’écriture à l’école élémentaire depuis la fin du XIXe siècle, afin d’observer la constitution et l’évolution des objets enseignés. Un ouvrage publié en 2010 rend compte de ces recherches, (Racontez vos vacances… aux Presses universitaires de Grenoble). Elle a codirigé en 2012, Les didactiques en question(s) : État des lieux et perspectives pour la recherche et la formation, chez De Boeck avec Marie-Laure Elalouf, Aline Robert et Anissa Belhadjin.

Agrégée de lettres modernes, Anissa Belhadjin est maître de conférences en littérature française à l’université de Cergy-Pontoise et membre du laboratoire EMA (école, mutations, apprentissages). Ses recherches portent d’une part sur le roman noir français contemporain et sur la notion de genre romanesque, d’autre part sur l’enseignement de la littérature au lycée professionnel français afin d’étudier comment l’école envisage la culture littéraire pour les élèves se destinant à des diplômes professionnels. Elle a ainsi publié dernièrement «P comme polar », (Abécédaire insolite des francophonies, aux Presses universitaires de Bordeaux) ou « Du récit minimal à l’histoire lue », dans Le récit minimal : du minime au minimalisme, aux Presses de la Sorbonne Nouvelle). Elle a codirigé Les didactiques en question(s) : État des lieux et perspectives pour la recherche et la formation, chez De Boeck avec Marie-Laure Elalouf, Aline Robert et Marie-France Bishop.


90,00 €

Fiche technique

Collection DIDACTIQUES DES LETTRES ET DES CULTURES
Format 15,5 X 23,5 CM
No dans la collection 0002
Nombre de volume 1
Nombre de pages 456
Type de reliure BROCHÉ
ISBN 9782745327826
Date de publication 30/03/2015
Lieu d'édition PARIS

Extraits