WALLACE STEVENS, UNE POÉTIQUE DU FINI

Pour une approche matérielle de l'oeuvre. Préface de Bernard Noël

UTARD JULIETTE


En contrepoint de la définition communément admise du modernisme comme esthétique de l’inachèvement, Wallace Stevens, une poétique du fini identifie un double mouvement de rejet de la clôture et de revendication du fini, qui passe par un surinvestissement chez Stevens de la matérialité du livre achevé. Après avoir abordé les premiers recueils à travers leur « condition textuelle » – ce qui permet d’observer un à un les derniers gestes du poète dans son travail de finition – l’ouvrage explore non plus la fin dans l’oeuvre, mais la fin de l’oeuvre : à la question Comment finir ? se substitue alors cette autre question, faussement simple, Où commence la fin ? Loin d’être une catégorie essentialisable, la poésie tardive apparaît dès lors comme une construction théâtralisée, un genre codifié en dialogue avec les grands maîtres du « style tardif » (Shakespeare, Yeats, Picasso) qui conduit à la nécessaire réévaluation du concept de dernière période dans les arts.

Juliette Utard est maître de conférences en littérature américaine à Sorbonne Université, et actuellement en délégation auprès du CNRS. Ancienne élève de l’ENS de Fontenay et agrégée d’anglais, elle est membre du comité éditorial du Wallace Stevens Journal.


Ce livre n'est pas disponible

45,00 €

Fiche technique

Collection LITTERATURES ETRANGERES
Format 15,5 X 23,5 CM
No dans la collection 0024
Nombre de volume 1
Nombre de pages 390
Type de reliure BROCHÉ
Date de publication 30/11/2018
Lieu d'édition PARIS
ISBN 9782745349187
EAN13 9782745349187