PROUST OU LE BONHEUR DU PETIT PERSONNAGE QUI COMPARE Agrandir

PROUST OU LE BONHEUR DU PETIT PERSONNAGE QUI COMPARE


La méfiance dont l'œuvre de Proust témoigne envers la tradition littéraire française, tant du néo-classicisme que de "l'art pour l'art", semble avoir pour corollaire des références à des contre-modèles - anglais, allemands ou russes - desquels procède en partie ce providentialisme qui imprègne À la recherche du temps perdu. Second paradoxe essentiel, Proust aura découvert des traits importants de sa "modernité" sans connaître les romanciers étrangers qui peuvent nous apparaître comme les plus proches de lui parmi ses contemporains, Robert Musil, Italo Svevo ou James Joyce (sur l'œuvre desquels portent plusieurs des parallèles comparatistes de ce livre), mais en proposant des lectures empathiques et "en avance sur son temps" de grands romanciers européens du XIXe siècle comme Flaubert, comme Tolstoï ou comme Dostoïevski. Ce vaste parcours culturel, mis en rapport avec des chapitres consacrés aux représentations proustiennes de l'amour-jalousie, montre aussi à quel point l'affect et l'intellectualité se sont trouvés étonnamment imbriqués chez un écrivain qui a toujours su admirablement faire dialoguer avec sa fantasmatique propre les grandes œuvres du répertoire.


55,90 €

Fiche technique

Collection RECHERCHES PROUSTIENNES
Format 16x23,5
No dans la collection 0009
Nombre de volume 1
Nombre de pages 264
Type de reliure Relié
Date de publication 23/02/2006
Lieu d'édition PARIS
Indic. sur auteur original PROUST
ISBN 2745313819
EAN13 9782745313812