DU VÉGÉTATIF AU VÉGÉTAL, L'ESSOR D'UN NOUVEL INTÉRÊT POUR LA PLANTE À LA FIN DU MOYEN ÂGE

FOROT ARIANE


Au Moyen Âge, l’étude des plantes n’a pas d’autonomie. Elle est envisagée dans différents contextes, que ce soit selon une approche philosophique, qui consiste à les situer dans l’échelle de la Création, ou dans une démarche plus utilitaire, en lien notamment avec la médecine ou l’alimentation. Les encyclopédies du XIIIe siècle ou le De vegetabilibus d’Albert le Grand sont révélateurs de ces différents regards portés sur la flore. Or, à la fin du Moyen Âge, la réflexion sur le végétatif est délaissée, l’attention étant de plus en plus portée sur les caractères propres des espèces végétales. Dans les herbiers, le besoin d’identifier les plantes décrites par les sources compilées nécessite de s’intéresser aux spécimens. Les dictionnaires de synonymes, les manuels d’agronomie, les traités d’apothicaires et de diététique, ou les encyclopédies qui reprennent les Problèmes d’Aristote, témoignent d’une certaine spécialisation du discours sur la plante, alors que dans l’iconographie les dessins de végétaux gagnent en naturalisme. Au final, les approches multiples de l’univers végétal, bien qu’elles se croisent rarement, participent à l’essor de la botanique car les différents intérêts portés à la plante permettent d’en avoir une connaissance riche et plurielle.

Ariane Forot est agrégée d’histoire et professeure d’histoire-géographie dans le secondaire.




73,93 €

Fiche technique

Collection SCIENCES TECHNIQUE
Format 15,5 X 23,5 CM
No dans la collection 0024
Nombre de volume 1
Nombre de pages 440
Type de reliure BROCHÉ
Date de publication 18/01/2024
Lieu d'édition PARIS
EAN13 9782745360281
eEAN13 9782745360298

Table des matières et extraits