CORRESPONDANCE GÉNÉRALE VOLUME 3 (1846-MAI -1850)

Éditée par Jean-Pierre Galvan

SUE EUGENE


Ayant définitivement quitté Paris pour rejoindre sa résidence des Bordes dans le Loiret, Eugène Sue poursuit dans ses nouveaux romans: Martin l’enfant trouvé et Les Sept péchés capitaux, l’œuvre de critique sociale amorcée avec Les Mystères de Paris et Le Juif errant. Lorsqu’éclate la révolution de février 1848, il rejoint les rangs de la gauche républicaine et se porte candidat aux élections à l’Assemblée constituante. Son double échec, à Paris et dans le Loiret, le convainc qu’il n’a pas l’étoffe d’un homme politique. Il mène donc la lutte dans ses écrits. Il vulgarise le programme socialiste dans des brochures et dans un journal hebdomadaire distribué gratuitement à Beaugency. En avril 1850, à l’occasion d’une élection complémentaire à Paris, il est désigné candidat du rassemblement par le conclave républicain. Élu député, il siège sur les bancs de la Montagne. L’abondant courrier qu’il continue de recevoir de la part de ses lecteurs témoigne des influences qui conduisirent l’auteur des Mystères de Paris à devenir celui des Mystères du peuple.

Jean-Pierre Galvan a publié deux ouvrages sur Paul Féval : Choix de lettres inédites (Presses de l’Université de Nancy II) et Parcours d’une œuvre (Encrage – Les Belles Lettres). Depuis une trentaine d’années, il réunit la correspondance d’Eugène Sue. En 1998, il a publié Les Mystères de Paris. Eugène Sue et ses lecteurs (L’Harmattan).


180,00 €

Fiche technique

Collection BIBLIOTHEQUE DES CORRESPONDANCES, MEMOIRES ET JOURNAUX
Format 15,5 X 23,5 CM
No dans la collection 0082
Nombre de volume 1
Nombre de pages 890
Type de reliure RELIÉ
ISBN 9782745329479
Date de publication 28/09/2016
Lieu d'édition PARIS
Indic. sur auteur original SUE (EUGENE)

Extraits